Les noyaux radioactifs
La plus grande partie des noyaux connus est instable. Ces noyaux radioactifs naturels ou artificiels se désintègrent de façon aléatoire selon quatre types de schémas.

Illustration au travers du diagramme de Segré.
La radioactivité a (essentiellement les noyaux possédant trop de nucléons). Transformation en un noyau plus léger, avec émission d’un noyau d’hélium appelé particule a.
La radioactivité b- (essentiellement les noyaux possédant trop de neutrons). Transformation en un noyau fils ayant un proton de plus et un neutron en moins, avec émission d’un électron.
La radioactivité b+ (uniquement les noyaux artificiels possédant trop de protons). Transformation en un noyau fils ayant un neutron de plus et un proton en moins, avec émission d’un positron.
La radioactivité g (suite possible d’une désintégration a ou b ). Retour à un état plus stable par émission d’énergie sous forme de rayonnement électromagnétique : les photons g.

Programme officiel
Term. S Physique